Détecter les mensonges en 4 points

Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier. Elle met plus de temps mais elle finit par arriver.

 

 

Bienvenu,

Regardez bien cette image. Que signe trahit l’enfant? Une réponse se trouve en bas de l’article.

L’être humain est un être rempli d’ambivalence. Il a horreur qu’on lui mente alors qu’il est fasciné par le mensonge malgré lui.

Puisqu’on parle du mensonge, sortons une vérité.

C’est dans le tempérament des français de cultiver le mensonge. L’ensemble des best-sellers de la cinématographie française en font l’éloge.

Avec 7 826 393 entrée, le film « la vérité si je mens 2», sorti  4 ans plutôt a fait largement plus d’entrées que « Harry Poter et la Coupe de feu » avec 7 731 601 d’entrées.

Sans faire la liste complet des films cultes qui ont fait un succès autour d’un mensonge, tel que « le diné de con », ceux de Louis de Funès. Pour les plus adeptes des films français, j’ai été ravi de découvrir par le film avec Patrick Bruel  « le prénom »  avec la révélation progressive autour des mensonges que dissimulent une famille.

 

Revenons au sujet de l’article la détection de mensonge.

Mon penchant pour la série « lie to me » m’a permit de discerner l’ensemble des micros expressions et dans la communication non verbale; le décryptage du mensonge est d’or. Troublé par certains comportements de mon fils, je vous partage mon savoir. Vous allez découvrir des situations qui répondront à certaines interrogations.

Avec quelques mises en garde, le but n’est pas de vous transformer en machine à détecteur de mensonge. Par ailleurs, il existe de nombreux facteurs d’exclusion.

Facteurs d’exclusions:

Le menteur né: et oui il y a des individus pour qui sont devenu maitre dans l’art de mentir. Ces personnes là sont quasi indétectables.

Les personnes souffrantes de troubles neurologiques et de pathologies psychiatriques types anxiétés majeurs, la mythomanie et il y a l’autisme.

Autres exclusions:

Comme les enfants de moins de 7 ans. Pour qui le mensonge rentre dans un processus d’élaboration de l’imaginaire (en se créant des histoires) tout en participant à son propre développement personnel. Par le mensonge, il apprend à construire sa personnalité, il comprend la morale et le poids de ce qui est bien ou  mal. L’enfant, dés 2 ans se crée déjà un monde fantaisiste. La barrière entre fabulation et mensonge est infime. Si il y a mensonge comme: «Non ce n’est pas moi. C’est mon doudou qui a fini les gâteaux ».

C’est une manière pour lui d’obtenir ce qui est convoité ou de se protéger contre ce qui est redouté tout en le mélangeant avec son imaginaire.

Après tout, les comptines et les contes accompagnent bien tout cet univers imaginaire. A cela s’ajoute les légendes, tel que la petite souris ou le fameux père Noël. Les différents mensonges peuvent aussi s’expliquer par les erreurs  de cohérences des souvenirs.

Facteurs d’inclusions:

Au delà de 8 ans, le mensonge de l’enfant s’explique par le fait qu’un enfant apprend beaucoup par imitation. Mazette! Cela signifierait qu’on serait sa source d’inspiration! Bien sûr que non, nous ne sommes pas les seuls responsables. Dés lors qu’il sera témoin d’un de vos mensonges, il tentera de reproduire celui-ci à sa façon. A ce niveau, faire bon exemple est une solution plus sage. Et expliquer les conséquences du mensonge.

Il se peut que l’enfant laisse libre cours à son imagination sans se mettre de limite, avec aucune une préoccupation du ridicule Contrairement à nous adulte, l’enfant n’a pas le même gène pour se parler à voix haute en public ou bien même de faire écho de ses voix mentales.

N’hésitez pas à l’accompagner dans son mode imaginaire en premier temps, cela vous permettra de renforcer les liens qui vous unissent et amplifiera la compréhension mutuelle. Cela évite d’être dans ce sentiment de jugement.

Il lui arrive souvent de faire la comédie, c’est normal! Votre progéniture est un acteur né qui testera tous les modes de communications pour comprendre l’interaction avec autrui. Alors les pleurs, toux excessives, faire la tête ou le plus connu se rouler par terre; lui permettra de voir ou s’arrête son pouvoir d’influence. Bien que ça soit dur, c’est à toi de ne pas céder ou te tourner vers la correction, voir mon article:

« Soyez malin: sans fessée, ne devenez pas une tête à claque »

 

Le plus dur, c’est surtout quand il vous ment alors que voulez pris en flagrant délit. Si vous arrivez à lui faire dire la vérité, complimentez-le à la suite de cela pour lui faire entendre qu’un mensonge suivit d’une révélation n’abouti pas toujours à une sanction. Il comprendra vite qu’il peut venir vous confier des choses même quand il a fait des bêtises.

Attention! Derrière de multiples mensonges peu se cacher un besoin de reconnaissance. Cela signifiera probablement qu’il a besoin de réassurance. Ce qui est efficace dans ces moments c’est lui redonner confiance tout simplement en lui apportant de l’importance avec plus d’attention, de présence et de compliment sur ses actions.

Dès la préadolescence, la découverte d’un mensonge est blessante. On peut vite rentrer dans une recherche de savoir où est ce qu’on a fauté dans notre rôle parentale. Cessons de culpabiliser si estime au moins faire de son mieux. Cette blessure reflète plutôt que son contrôle nous échappe de plus en plus. Bien que ce besoin de contrôle est dans un but protecteur. Hors celui ci est dans un besoin d’intégration d’un groupe d’amis et pour se faire, il opérera un détachement auprès de ses parents. Ils peuvent nous sortir ses petits mensonges dissimulant une certaine gêne pour ne pas dire à cet âge, une honte d’être encore collé à papa ou à maman. À partir de ses multiples mensonges. Celui ci distingue les mensonges sans gravités pour éviter une corvée ou de prolonger un moment agréable, des tromperies plus graves, qui sabotent la confiance réciproque.

Selon une étude britannique intitulée « National scruples and lies survey », publiée dans le magazine That’s Life en décembre 2004, l’adolescent ment une fois sur deux à leurs parents. Ils ont encore moins de culpabilité et leurs comportements s’accompagnent par une volonté d’émancipation. Plus, l’adolescent veut être autonome; plus il rejette les valeurs parentales. La conséquence se manifestent souvent par des tensions en lien avec une non reconnaissance de l’autorité parentale, d’après Dana Castro, auteur de « Petits silences et petits mensonges : Le jardin secret de l’enfant ». Surtout lorsqu’il y a une dépendance financière avec les parents.

Le mensonge peut aussi servir à masquer une réalité trop violente ou difficile à accepter ; quand il se ment à lui même, le déni est alors une défense, une façon de se protéger ou de manipulation qui peut être un appel à l’aide et doit pousser la famille à intervenir avant que cette attitude ne compromette dangereusement le développement de l’adolescent et ne saccage la vie de son entourage.

Un des pièges est qu’au cours de son développement, l’enfant a besoin pour renforcer sa personnalité d’avoir un jardin secret. Cela passe souvent par le fait de mentir.

 


 

A présent voici les  différentes approches pour repérer le mensonge. En se basant sur la PNL et de Paul Ekman, inspirateur de la série « Lie to me ».

Le mensonge génère une émotion de peur visible par des  micros stress expressions.

 

 

Sur un plan non palpable:

Il y a une tension interne. Se manifestant par une augmentation de la pression artérielle, du rythme cardiaque et de la fréquence respiratoire. On observe aussi des transpirations ou les mains moites.

 

 

Sur un plan visuel:

L’individu n’osera pas regarder dans les yeux, le regard est fuyant de peur qu’on puisse lire en lui.  Hors s’il le fait, il aura un regard défiant afin de tenir tête  ou pour vous déstabiliser.

Le clignement des yeux montre que le cerveau cherche à parasiter les vrais souvenirs. Les sourcils montent et le front se plisse.

 

Sur le plan auditif:

La voix est hésitante pour dissimuler les tremblements et parce que le mensonge demande plus d’effort. Il doit composer sa phrase tout en cherchant à créer une histoire qui paraîtra crédible.

Le menteur cherche à gagner du temps en répondant à côté ou en fa faisant reformuler les questions.

Il y a ce que j’appelle « l’effet Pinocchio ». Les explications sont longues dans le but de rendre l’histoire véridique.

Il cherchera à complexifier son vocabulaire pour brouiller les pistes.

 

Sur un plan kinesthésite:

Les éléments sont des éléments qui accompagnent un état d’esprit. Il ne certifie pas le mensonge à 100% mais comme cité plus haut, le mensonge génère un micro stress temporaire asséchant la peau; visible par un micro grattage.  Prochainement vous verrez mieux les grattages de tête.

La main tient l’avant-bras, cale montre qu’il baisse sa garde en raison de sa culpabilité.

Accompagnant souvent ce geste ou ailleurs, on peut voir un auto-massage. Geste qui permet de se rassurer.

Lors son petit bout de choux te ment clairement, vois comme plutôt un signe que ton enfant à développer une intelligence lui donnant la capacité à distinguer les souvenirs du passé, le présent, une maîtrise de soi de ses émotions, l’art de te faire tourner en bourrique tout comme les grands de ce pays….Alors ton enfant! Sera t’il le prochain dirigeant médiatisé?

Te voilà formé et prés à passé l’action. Votre instinct de détective s’est activé? Qu’elles sont les signes que vous avez pu identifier?

 

Bonne chance!

 

  Avant de conclure. Le mensonge n’est pas  toujours à diaboliser car il est en fonction de sa relation étroite qu’il joue avec la vérité. Aussi magique qu’il peut être pour sublimer une blague. Il est salvateur de nombreux secrets. Mais rien ne vous empêche de le pointer du doigt s’il reste la seule solution à une situation.
 Ce qu’il faut retenir:
 
  • Dans la majorité des cas le mensonge à pour but d’éviter les punitions, d’affirmer sa personnalité, protéger un bien ou/et une personne
  • Pour mentir, l’enfant doit être capable d’empathie, c’est-à-dire de ressentir les émotions de son entourage, devant lequel il va cacher, ou feindre, des comportements ou des pensées
  • il permet de construire sa personnalité et participe au développement personnel.
  • prenez compte de ses histoires et rappeler qu’il peut se confier à vous
  • le mensonge génère les signes de peurs (tachycardie, sueur, etc.)
  • On peut décrypter des signes sur un plan visuel (regard fuyant), auditif (voix tremblante), kinesthésie (micro grattage).
  • le mensonge peut préserver un secret
Le signe qui trahit l’enfant en haut de l’article est sa main qui est dissimulée en dessous de la table. Il est sûrement en train de croiser les doigts.
Source:
  •   Le journal Le monde.
  •  Psychanalyste et psychothérapeute Pascal Neveu « Mentir pour mieux vivre ensemble ? » (L’Archipel, 210 p).
  • Apprendre la PNL en 80 jours.

Laisser un commentaire